Rapport du T4 de 2022

Share This Article On:

Facebook
Twitter
LinkedIn
2022 Q3 market review 1

Les perspectives pour 2023 après une année difficile

L’année qui vient de s’achever a été difficile pour les investisseurs, qui ont eu à composer avec une nouvelle réalité de marché. Il n’y avait aucune valeur sûre en 2022. Si l’Europe a été « moins mauvaise » que les autres marchés, la technologie y a pourtant été durement touchée. L’énergie et l’or sont parmi les rares secteurs à avoir affiché une performance positive. Les obligations, qui procurent généralement un refuge en cas de tempête, ont cette fois-ci exacerbé le problème. Alors qu’une année de baisse des actions n’est pas une anomalie, une baisse à deux chiffres des obligations ne s’était pas produite depuis 1969.

Cependant, même si d’autres défis nous attendent, nous croyons que Wall Street est sortie du cœur de la tempête. Le marché regorge d’excellentes sociétés dont les valorisations actuelles tiennent déjà compte des éventuelles difficultés. Nous poursuivre nos achats, comme nous l’avons fait pendant la majeure partie du quatrième trimestre ‒ toujours de manière sélective et ciblée.

Quand les meilleurs deviennent les pires

Il y a des années, ce dicton était populaire dans les salles de marché : « Les marchés baissiers se terminent quand les généraux sont tués. » Aux États-Unis, les titres les plus performants de 2020 et 2021 – les coqueluches des investisseurs professionnels et particuliers – ont produit la quasi-totalité des 30 plus mauvaises performances de 2022. Au Canada, les résultats ont été similaires avec le massacre de certains des chouchous de Bay Street.

La patience n’est pas toujours une vertu. Les investisseurs qui avaient acheté Microsoft (MSFT:NASDAQ) fin 1999–début 2000 ont dû attendre 16 ans pour recouvrer leur mise. Depuis, MSFT a plus que récupéré, mais d’autres titres-vedettes, comme Cisco, n’ont jamais renoué avec les niveaux atteints au début des années 2000.

Normalisation des taux d’intérêt et possibilité de récession

Le marché financier connaît un environnement de taux d’intérêt volatils depuis 2019, mais revient vers ce qui avait été typique au cours des 20 dernières années. Si les changements ont pu être brutaux et inattendus, la moyenne à long terme du taux obligataire américain à 10 ans est de 4,7 %, et atteint actuellement 3,7 %. La loi du retour à la moyenne est immuable. En 2022, beaucoup ont appris cette leçon à leurs dépens.

Alors que les taux d’intérêt tendent à se normaliser, les investisseurs envisagent la possibilité d’une récession. La hausse des taux hypothécaires, l’inflation, l’augmentation des impôts et l’alourdissement des réglementations ne sont pas favorables à la prospérité. Cependant, bien que les récessions puissent être difficiles, les entreprises et les investisseurs font souvent fortune pendant ces périodes. De plus, les cours boursiers ont tendance à refléter une récession avant qu’elle ne commence, puis souvent s’inversent pour remonter avant la fin officielle de ce même ralentissement, généralement pendant la seconde moitié de la récession. Les banques centrales baissent souvent les taux d’intérêt pendant cette période.

Notre approche

Malgré les défis auxquels font face les consommateurs et l’économie, nous sommes plus optimistes à l’égard des marchés que depuis de nombreux trimestres. Nous préférons penser en termes de probabilités et peser nos décisions d’investissement en conséquence. Cette approche nous permet de réagir en cas de changement imprévu du marché et d’éviter de nous enfermer dans un point de vue unique. Une approche probabiliste est peut-être plus complexe à mettre en place, mais elle est plus fluide à gérer.

À l’heure actuelle, le scénario qui nous semble le plus probable est que les taux d’intérêt continueront d’augmenter pour se rapprocher de leur moyenne à long terme, mais à un rythme plus mesuré. Un ralentissement économique est attendu : il pourrait être court et profond ou long et prolongé, ou toucher divers secteurs économiques mais pas simultanément. Quoi qu’il en soit, le consommateur sera mis à rude épreuve. D’autres éventualités demeurent très incertaines : soit une économie forte, une croissance mondiale rapide et une diminution des tensions géopolitiques, soit une récession profonde et prolongée, une forte inflation, une hausse des salaires et des dépenses publiques et une escalade des tensions géopolitiques.

Pourtant, là où la majorité voit des écueils, nous décelons des occasions de placement, en particulier dans les axes suivants : la démographie (technologie, produits pharmaceutiques et appareils médicaux), l’énergie (énergies renouvelables et combustibles fossiles, ainsi que services publics et infrastructures) et les secteurs touchés par une réglementation accrue (banque, assurance et gestion de patrimoine). Comme toujours, la force des grandes marques et des avantages commerciaux peut protéger les investissements.

Nous vous remercions de votre confiance envers Exponent et sommes honorés de pouvoir gérer vos placements. Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec nous si vous avez des questions ou des préoccupations.

Share This Article On:

Facebook
Twitter
LinkedIn